vignette made in france
319 Visiteurs connectés

Stagiaire BEP photographe de studio et reporter otpion studio Harcourt Lignes et formations Montrouge sur photographes.enligne-fr.com

photographes.enligne-fr.com : stagiaires

Stage de photographe

Code CV : 55a67073bdd73f33
Date de dernière connexion : 2015-11-02

Mademoiselle Ma... Go...
...
45190 Tavers
France

Métiers préparés : Je fais de la photo professionnelle depuis trois ans.J ai fait des stages avec plusieurs photographes. Je prépare mon diplôme de Photographe Studio et Reporter pour Juin Je travaille pour des particuliers et professionnels(portraits studio,mode,famille,mariage...)en conservant mes propres projets

Ecole: Lignes et formations
92120 Montrouge

Cycle : BEP photographe de studio et reporter otpion studio Harcourt 1ere année
BEP photographe de studio et reporter otpion studio Harcourt
Dernier niveau d'etudes validé avec diplome : Bac+1
Dernier diplome : premiere année à l'école supérieure des beaux arts d'angers
Niveau d'études actuel : Bac-1
Métiers préparés : Je fais de la photo professionnelle depuis trois ans.J ai fait des stages avec plusieurs photographes. Je prépare mon diplôme de Photographe Studio et Reporter pour Juin Je travaille pour des particuliers et professionnels(portraits studio,mode,famille,mariage...)en conservant mes propres projets
Je détiens Baccalauréat scientifique mention Bien Une année de licence en psychologie et une année en école supérieure des beaux arts d'Angers
Durée du stage : 6 jours
Début du stage :
2015-10-01 2015-10-06
Temps Plein Oui
Alternance Oui
Mobilité autour de votre lieu d'habitation : 100Km >> ...

Lettre de motivation

Madame, Monsieur,

Deja petite, j’ai toujours eu un appareil photo à la main.
D’abord un jetable, puis deux, puis trois … Avec lesquels j’immortalisais mes
périples au milieu de la jungle qu’était mon jardin et des bêtes féroces que
représentaient mes peluches. Quelques années plus tard, mon père m’offrait mon
premier compact. J’ai là découvert avec enthousiasme la photo numérique :
des prises sans compter, des photos à l’infini, quelle jouissance ! Depuis
ce jour j’ai assumé le poste, non sans responsabilité, de reporter des repas de
famille et des soirées pyjama.

En
2009, un voyage en Irlande. Des photos de paysages. De lacs. De mers. De bateaux
de pécheurs. De montagnes humides et de ciels aux innombrables nuances de bleu.
De petits villages au fond de ces grandes étendues vertes. Et tous ces visages.
Un premier pas dans l’inconnu, le dépaysement, l’émerveillement. Encore jeune
je prenais ces photos sans me rendre compte que pour la première fois je
composais.

A
mon grand regret, j’ai suivi un cursus scientifique. Mes parents, et je ne peux
pas les blâmer, avaient religieusement écouté le discours de mon professeur de
chimie. Le bien fameux « La science ouvre toutes les portes ». J’ai
donc suivi, non sans peine, mes heures de cours. J’ai réussi à m’échapper un trimestre en participant à un
échange au Canada et un été en Thaïlande. Ces périples m’ont permis une fois de
plus de scruter de nouveaux paysages, de nouvelles cultures et cette fois ci un
reflex à la main. Ces années là, j’ai réalisé mes premiers shootings. Vous
savez, ceux que l’on fait « entre
copines ». Evidemment la technique n’était pas au rendez-vous. Je tâtonnais
les boutons de mon mode manuel au hasard, en espérant que ma belle étoile tout
là-haut serait d’humeur coopératrice. Mon baccalauréat en poche (avec mansion
bien, oui on a vérifié à deux fois) je suis devenue étudiante en psychologie
dans le but de devenir art-thérapeute.

J’ai
changé de ville, une ville plus grande. Grâce à la rencontre d’une modèle, j’ai
eu la chance de suivre un photographe professionnel. C’est naturellement qu’il
a pris la place de tuteur à mon égard. M’expliquant les bases. Me permettant
d’observer ses shootings. Les lumières, l’ouverture, la vitesse, la profondeur
de champ. Petit à petit, toutes les photos que j’avais réalisé hasardeusement auparavant
prenaient un sens. Une jolie logique se dessinait quand à cet art et mes envies
d’en faire plus se décuplaient. J’ai eu
mon année de psychologie, loin d’être convaincu que j’aimerais passer le reste
de ma vie à apaiser les chaos internes d’inconnus. Je ne savais plus trop quoi
faire.

La photo c’est sympa, mais
puis-je en faire ma vie. Un choix à faire juste ici et maintenant, à 18 ans,
c’est terrifiant. J’étais apeurée par toutes ces choses que j’avais à
apprendre. Peut-être qu’au fond je ne
serais jamais talentueuse, et jamais je ne réaliserais de clichés aussi bons
que ceux devant lesquels je m’émerveille. Peur aussi de détruire une passion en
la laissant au service d’une formation. J’ai donc laissé passer les mois, en
m’endormant sur toute prise de décision.

Et
puis la vie m’a rattrapé. J’ai dû soudainement faire face à un deuil. Et c’est
sous le poids de l’incompréhension et de la douleur que j’ai réussi à faire un
choix, à 18 ans. J’ai quitté l’université et mon travail puis je suis partie
sur les routes. Mon Nikon comme fidèle compagnon. La vie m’a surprise du bon
côté cette fois puisqu’elle m’a mis sur le chemin de photographes talentueux. J’ai
pu les observer et apprendre par leur
manière de travailler et de penser. Pendant près d’un an j’ai usé de mon focus
devant les plus beaux paysages. J’ai rencontré des gens, j’ai écouté leurs
histoires et j’essayais de leur soutirer un portrait au passage. Je voulais les
ramener, eux et leurs contes, avec moi. L’Amérique latine, les Etat unis, le
Canada et certains pays d’Europe. Des terrains d’apprentissages merveilleux. Le
portrait et la photo de rue. Sans artifice. Que du vrai. Du cent pour cent authentique.
Quelle agréable sensation que d’avoir une ville entière à explorer pour y
trouver des trésors visuels et humains.

Je
suis rentrée, bercée par la magie du voyage et des artistes qui avaient partagé
avec moi un bout de route. Après de multiples concours, des heures d’attentes
dans des couloirs aux climats tropicaux, le transport d’un carton à dessin qui
semble devenir plus lourd et plus grand à chaque épreuve, je suis rentrée aux Beaux-Arts d’Angers.
J’étais fière d’avoir été sélectionnée et j’étais enthousiaste quand à l’idée
d’exercer ma créativité et défendre mes convictions. Malheureusement, il
semblerait que l’art, le pur, le dur, le contemporain ne soit pas tout à fait
pour moi. N’ayant qu’une seule heure de photographie dissimulée dans une
semaine de 38 heures, j’ai tenté d’utiliser la photographie dans un maximum de
projets. Mes professeurs n’en n’ont pas fait grand cas, après 6 mois de
commentaires tels que « Photo trop propre » ou « C’est ce qu’on voit
dans les magazines », j’ai repris mon sac à dos et mon Nikon, direction
New York.

J’y
ai fait des stages avec des photographes et vidéastes. En plus d’avoir affiné
mes connaissances techniques, j’ai pris conscience de la partie cachée de
l’iceberg : la comptabilité et la communication, auxquels doit faire face
un photographe à son compte. Je me suis ouverte au monde de la vidéo, que
j’avais commencé à découvrir aux Beaux-Arts. J’ai découvert plusieurs sortes de
photographies au-delà de celle de rue et de studio. Cette fois ci les échanges
étaient vraiment professionnels, je me sentais impliquée et plus qu’une simple
spectatrice.

J'ai donc pris le choix de faire un formation en un an, un BEP photographie de studio, option reporter. Puis j ai vu votre annonce de stage. Un travail de 6 jours en tant que reporter événementiel serait une occasion parfaite pour retourner sur le terrain avant d'obtenir mon diplôme.



Cette lettre s’est vraisemblablement
transformée en « l’histoire de ma vie ». J’en suis un peu désolée,
mais pour jauger de mes motivations j’estime qu’il faut comprendre pourquoi
elles sont nées et comment elles ont grandi avec moi.



Bien cordialement

CV

Mon cv est implicitement joint dans ma lettre de motivation.

Formation :
2012 : Bac scientifique mention bien
2013 : L1 de Psychologie à la faculté de Tours
2014 : année de voyage en amérique latine / Canada / Europe, occasion de faire beaucoup de clichés
2015 : Année à l'école supérieure des Beaux Arts d'Angers

Expérience :
2013 : Stage avec Anthony Troussel, photographe, Tours. 3 mois
2014 : Stage avec Eden Frangipane, photographe, Cuzco. 1 mois
Hôtesse de caisse et conseillère de vente à Mim, La riche. 6 mois
Début de la pratique de la vidéo, naissance de la production amatrice : Des Français et Une Caméra
2015 : Stage avec Michael Nelson, photographe / vidéaste, New York. 2 mois
Stage avec Matt Kehoe, vidéaste, Woodstock. 1 semaine
De 2013 à 2015 : pratique de la photographie. Studio et Extérieur. Pour particuliers, professionels et projets personnels.

Divers

Outils / Logiciels / Méthodes maitrisés : Reflex Nikon D800 Objectif : 50mm / 24-70mm / 70-300mm macro Studio fond blan et noir avec éclairage ( flash, soft box, reflecteur, déclencheurs de flash à distance .... etc ) Logiciels utilisés : Lightroom 5.4, Photoshop CC, IndesignCS6, IllustratorCS6

Permis VL, PL, véhicules spéciaux : Permis B

Langues :
Français : Langue maternelle
Anglais : Courant
Espagnol : Intermédiaire

pdfCliquez ici pour récupérer ce CV au format PDF
(Anonyme)
Achetez un accès à la cv-thèque de stagiaires

Accédez au Cv de ce stagiaire ainsi qu'à l'ensemble de la candidathèque de stagiaires en commandant un accès au pack stagiaires pour une consultation libre pendant la durée de votre choix
(Accès libre à tous les cv complets depuis votre accès client)